Storytelling (3) : péripéties et dénouement

par Florent Bellouard
Coups de théâtre, rebondissements, défis, épreuves… Toutes les techniques littéraires sont les bienvenues pour enrichir la quête de votre héros. Pour donner du corps à votre histoire et transporter votre auditoire jusqu’au dénouement, un seul mot d’ordre : l’imagination !
C’est un fait : la vie est pleine de rebondissements. A l’inattendu succèdent les surprises dans une série de péripéties, de virages plus ou moins bien négociés et de retournements improbables. Un véritable défi pour les meilleurs scénaristes de films célèbres comme Usual Suspect ou Seven et une excellente inspiration pour votre propre storytelling. Rassurez-vous cependant, inutile de concevoir un plan machiavélique hitchcockien pour rédiger une bonne histoire. Cette sympathique vidéo le démontre aisément.

Les péripéties : une phase d'attente plus ou moins longue

Dans cette vidéo, le réalisateur réussit en effet, à créer un « effet d’attente » avec une situation initiale ultra banale: un homme courant sur la plage avec une glace à la main. Va t-il réussir à la garder intacte ? C’est le nœud du problème, l’élément perturbateur. Suivent une série de péripéties enchaînées à un rythme effréné et souvent très drôles qui vous transportent dans cette aventure du quotidien.

Mais quelle est la chute de l’histoire, son dénouement? Vous n’en avez aucune idée. C’est toute l’astuce de la réalisation. Car presque automatiquement, votre cerveau va échafauder des théories. Vers où, vers qui court cet homme ? Et pourquoi garde-t-il cette glace à la main ? Nous aimons déduire, résoudre des problèmes, c’est sur ce principe psychologique que fonctionnent des thrillers comme Usual Suspects. Le manque d’informations (volontaire) nous pousse à formuler des déductions, il est donc important de laisser le spectateur tirer ses propres conclusions.

Dans ce spot, on nous suggère, avec humour, que seul un objectif noble, quelque chose d’important, mérite de tels efforts de la part de notre héros. La succession rapide d’obstacles et d’épreuves qu’il doit affronter nous amène à désirer un dénouement. Les théories que nous avons échafaudées vont enfin être mises à l’épreuve.


Dans une histoire, l’important ce n’est pas la chute, c’est l’atterrissage

Le dénouement

Nous sommes à présent prêts émotionnellement à ce changement. C’est ce qui va très simplement se passer dans la vidéo quand, en gros plan, notre héros plonge magistralement pour récupérer cet infâme plastique d’emballage pollueur de nos océans.

Pas de subtilités ou de suggestions habiles ici, le message est clair, limpide. Nous comprenons qu’une cause juste, ici le respect et la protection de l’environnement, vaut bien un petit sacrifice individuel. La fameuse glace à l’italienne finit en effet sur la tête de notre notre alter-ego écoresponsable. Ainsi même si nous avions imaginé une fin très différente, l’aventure de notre anti-héros se termine et l’émotion est au rendez-vous. Dans une histoire, l’important ce n’est pas la chute, c’est l’atterrissage.

Prochain et dernier article de cette série sur le storytelling : la situation finale.

You may also like

1 commentaire

Laisser un Commentaire