Un logo ça sert à quoi ? Nos graphistes vous répondent

par Florent Bellouard

Le logo, composition figurée servant à identifier visuellement, de façon immédiate une entreprise ou une marque, est-il indispensable au développement de votre activité ? Doit-il être personnalisé, pertinent ou original ? Mérite-t-il un investissement conséquent ? Trois graphistes expérimentées, Isabelle Michel, Judicaëlle Ménard et Marielle Fanchein, répondent aux questions de Propulsion.

Isabelle Michel graphiste chez Crealead
Judicaelle Ménard graphiste chez Crealead

Pour vous c’est quoi un logo ?

Judicaëlle Ménard : Pour moi je parle plutôt d’identité visuelle que cela soit du texte ou un pictogramme. Une image qui va accrocher l’œil et qui sera associée à une marque ou une entreprise. L’objectif étant de définir qui vous êtes et surtout ce que vous faites.

Marielle Fanchtein : Je définirai le logo comme l’association d’un nom avec ou sans baseline et d’une image impactante, reconnaissable au premier coup d’œil. Le logo est le symbole de la marque, son emblème, son ADN et ses valeurs. On ne peut pas tout dire à travers un logo mais l’essence de la marque doit être transcrite et comprise.

Isabelle Michel : Pour compléter ce qui a déjà été dit, j’ajouterai que ce signe visuel identificateur doit dégager quelque chose, voire provoquer une émotion. S’il fallait retenir un qualificatif à propos d’un logo, je choisis sans hésiter l’adjectif « impactant »

" Nous insistons sur le fait qu’un logo est vivant. Il va évoluer au rythme du développement de son activité. Il est donc important de le revisiter.
En général, on relooke son logo tous les 5 ans."

- Isabelle, Marielle et Judicaëlle -

Quelles sont les questions à se poser pour concevoir son logo ?

Isabelle Michel : La première question que je poserai est : à qui je m’adresse ? Ensuite, qu’est-ce que je veux communiquer comme valeur ? Enfin ce que j’aime ou n’aime pas comme formes, couleurs, pictogrammes, baseline…

Marielle Fanchtein : Dans la série des questions à se poser, j’ajouterai à ce que vient de dire Isabelle : quels sont mes concurrents, quel est l’écosystème de ma marque et comment les autres communiquent ? Je me demanderai également comment mon logo se positionne, se différencie par rapport à mes concurrents. Enfin je m’interrogerai sur les tendances du moment pour être en phase avec l’air du temps.

Judicaëlle Ménard : Pour ma part, même si je partage les propos d’Isabelle et de Marielle, j’insisterais d’abord sur la question des besoins et des envies, même s’il faut les relativiser par rapport à l’écosystème de la marque. Il est aussi important de bien connaître son secteur d’activité et ses enjeux. Une autre question essentielle est de se demander comment le logo va être utilisé.

Est-ce un outil indispensable pour son entreprise ou sa marque ?

>Marielle Fanchtein : Pour moi c’est un outil professionnel qui en dit long sur le professionnel que vous êtes. C’est un élément de séduction qui peut se comparer aux trois premières minutes d’un entretien.

>Isabelle Michel : j’ajouterai que c’est un gage de la solidité et de la pérennité de votre entreprise. Si vous avez un logo de qualité, c’est que vous avez mis de l’argent et de la compétence dans sa réalisation. Une expression visuelle de votre professionnalisme.

Judicaëlle Ménard : Cela montre aussi la volonté de mettre en valeur son entreprise, de se démarquer par rapport à ses concurrents, d’être fier de son produit ou de son service et être sûr de ses compétences.

Comment évaluer la pertinence d’un logo ?

Isabelle Michel : je considère qu’un logo est pertinent si les arguments qui ont permis de le créer sont cohérents avec la cible et les objectifs choisis. Il est primordial que le client soit en phase avec son logo et fier de le montrer.

Marielle Fanchtein : pour résumer je dirai qu’un « bon logo » c’est : la cohérence, l’alignement image-valeur, atteindre la cible, trouver sa place dans son écosystème.

Judicaëlle Ménard : je rejoins Marielle et Isabelle et j’ajoute qu’un logo réussi doit être en accord avec les codes graphiques du secteur. Bien sûr, on peut casser les codes mais il faut en être conscient et l’assumer.

Vous voulez contacter une des graphistes

Judicaëlle Ménard
Son site
LinkedIn

Marielle Fanchtein
LinkedIn

Isabelle Michel
Son site

You may also like

Laisser un Commentaire